Prochainement à Cinémolette

vendredi 3 mars 2017

Ma vie de Courgette

aff_maviedecourgetteFilm d’animation suisse-français de Claude Barras à partir de 6 ans

Courgette n’a rien d’un légume, c’est un vaillant petit garçon. Il croit qu’il est seul au monde quand il perd sa mère. Mais c’est sans compter sur les rencontres qu’il va faire dans sa nouvelle vie au foyer pour enfants. Simon, Ahmed, Jujube, Alice et Béatrice : ils ont tous leurs histoires et elles sont aussi dures qu’ils sont tendres. Et puis il y a cette fille, Camille. Quand on a 10 ans, avoir une bande de copains, tomber amoureux, il y en a des choses à découvrir et à apprendre. Et pourquoi pas même, être heureux.

Réalisé en « stop motion » avec des marionnettes, le film, à partir d'un sujet pas facile, se révèle capable de faire rire, pleurer et soulever l'enthousiasme de tous, adultes comme enfants.

Vendredi 3 mars 2017 – 18h30 – La Passerelle – durée : 1h06


vendredi 3 mars 2017

Neruda (VO)

aff_nerudaFilm policier chilien, argentin, français, espagnol de Pablo Larraín, avec Luis Gnecco, Gael García Bernal, Mercedes Morán

1948, la Guerre Froide s’est propagée jusqu’au Chili. Au Congrès, le sénateur Pablo Neruda critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Óscar Peluchonneau le soin de procéder à l’arrestation du poète. Neruda et son épouse, la peintre Delia del Carril, échouent à quitter le pays et sont alors dans l’obligation de se cacher. Il joue avec l’inspecteur, laisse volontairement des indices pour rendre cette traque encore plus dangereuse et plus intime. Dans ce jeu du chat et de la souris, Neruda voit l’occasion de se réinventer et de devenir à la fois un symbole pour la liberté et une légende littéraire.

Vendredi 3 mars 2017 – 20h30 – La Passerelle – durée : 1h48


vendredi 10 mars 2017

Ouvrir la voix

aff_ouvrirlavoixDocumentaire américain d’Amandine Gay

Ouvrir la voix est un documentaire sur les femmes noires issues de l'histoire coloniale européenne en Afrique et aux Antilles. Le film est centré sur l'expérience de la différence en tant que femme noire et des clichés spécifiques liés à ces deux dimensions indissociables de l’identité "femme" et "noire". Il y est notamment question des intersections de discriminations, d'art, de la pluralité de nos parcours de vies et de la nécessité de se réapproprier la narration.

Vendredi 10 mars 2017 – 20h – La Passerelle – durée : 2h - Séance spéciale dans le cadre de la  Semaine anticoloniale et antiractiste - Film suivi d'une échange skype avec la réalisatrice - Participation libre


samedi 11 mars 2017

Partir ou mourir (Dem walla dee)

Documentaire français de Rodrigo Saez

Dans ce documentaire tourné à Dakar, des Sénégalais et Sénégalaises, pêcheurs, mères de disparus en mer, artistes, nous livrent leur regard sur l’émigration et sur la situation de leur pays. Ils nous racontent la traversée clandestine en chaloupe, le rapatriement forcé, et dénoncent aussi bien leur propre gouvernement qui les abandonne à leur sort après les avoir rapatriés, que les gouvernements du Nord qui pillent leur pays depuis plusieurs siècles à travers l’esclavage, le colonialisme, la dette, les accords de pêche et autres partenariats économiques.

Samedi 11 mars 2017 – 18h30 – La Passerelle – durée : 26 mn - Séance spéciale dans le cadre de la  Semaine anticoloniale et antiractiste - Entrée libre et possibilité de pique-nique partagé à la suite de ce film (billetterie payante pour le film de 20h30)


samedi 11 mars 2017

La mécanique des flux

aff_lamecaniquedesfluxDocumentaire français de Nathalie Loubeyre

Dans ce documentaire, la réalisatrice donne des voix, des visages, des corps aux dits "migrants", "réfugiés", improprement appelés "clandestins", avant tout des humains. Elle montre la violence qui se cache derrière l'euphémisme de "contrôle des flux", exercé par les gouvernements nationaux et l'Union Européenne. Une violence qui s'exerce sur des hommes, des femmes et des enfants et qui révèle l'un des visages de l'Europe d'aujourd'hui. Ce documentaire donne à voir et à entendre les migrations autrement que dans une logique sécuritaire et déshumanisée. Nathalie Loubeyre présente des êtres humains qui rêvent, souffrent, désirent, et décident de leur vie.

Samedi 11 mars 2017 – 20h30 – La Passerelle – durée : 1h23 - Séance spéciale dans le cadre de la  Semaine anticoloniale et antiraciste


dimanche 19 mars 2017

René Depestre, chronique d'un animal marin

aff_renedepestreDocumentaire français de Patrick Cazals

En 1804, Haïti était la première colonie noire à gagner son indépendance. En 2004, de son bourg d’exil et d’adoption, au pied des Corbières, le poète-écrivain René Depestre s’interroge sur le destin tragique de son île natale, sur son œuvre et sur sa propre traversée du siècle… Il a côtoyé les acteurs de la vie littéraire et politique : Breton, Eluard, Neruda, Aragon, Che Guevara, Fidel Castro, Mao, Hô Chi Minh… Sa parole de conteur est forte, magique, solaire. Au soir de sa vie, il reste un témoin fervent, toujours lucide et mobilisé. Tourné à Port au Prince et à Jacmel (sa ville natale) en Haïti, à Fort de France, à Paris et Prague, en Normandie et dans les Corbières ce film permet aussi d’entendre les témoignages d’Aimé Césaire, Régis Debray, Laënec Hurbon, René de Obaldia, Maurice Pons, Yannick Lahens…

Dimanche 19 mars 2017 - 18h - La Passerelle - durée : 1h03 - Tarif spécial 3€ - Soirée spéciale dans le cadre du Festival des Monts du Pilat autour de Haïti - Projection suivie d'un échange


mardi 28 mars 2017

Sur le chemin...

aff_surlecheminDocumentaire français réalisé par Jean-Paul Julliand

Le chemin en question est celui de Compostelle, le réalisateur jouant volontairement de l’ambiguïté du titre ! À partir d’images vidéos rapportées par des marcheurs locaux, bourguisans et  piraillons, Jean-Paul Julliand embarque les spectateurs au fil des 2000 kilomètres qui séparent Genève de Santiago en Espagne, là où se trouve le tombeau du célèbre Saint Jacques, qui mobilise des foules de pèlerins depuis la nuit des temps. Des milliers de « pélerins » traversent ainsi tous les ans le Parc du Pilat, dépensant au passage entre 150 000 et 200 000 euros. Un territoire qui, peu à peu, s’équipe en accueils jacquaires, chambre d’hôtes et gites ruraux.

Mardi 28 mars 2017 - 20h30 - La Passerelle - durée : 1h06 - Entrée libre - Soirée spéciale "Développer la randonnée c'est faire marcher le tourisme", projection suivie de témoignages en présence du réalisateur et d'autres invités